Catégories
Non classifié(e)

Février 2022

Le domaine des applications mobiles en santé est en croissance rapide, car un nombre grandissant d’utilisateurs recherchent des interventions facilement accessibles et efficaces pour leurs problèmes de santé. La consommation de cannabis est plus élevée chez les jeunes adultes qui peuvent développer un trouble d’usage du cannabis (TUC), une condition qui a une incidence négative sur leur bien-être mental et leur fonctionnement social.

Dr Jutras-Aswad et son équipe au CRCHUM dirigent un projet de recherche novateur visant à utiliser des interventions psychologiques fondées sur la technologie mobile pour lutter contre les problèmes associés au cannabis chez les jeunes adultes atteints de psychose. En utilisant une approche collaborative incluant des chercheurs nationaux et internationaux, des cliniciens et des patients partenaires, notre équipe a identifié une suite d’interventions psychologiques optimales pouvant être incluses dans une application mobile.

En partenariat avec Akufen, une entreprise montréalaise de conception de médias, la première version de l’application « iCanChange » (iCC) a été élaborée en français et en anglais. Sur la base des commentaires reçus de jeunes adultes traités pour psychose et TUC, nous avons adapté le langage, la conception et la fonctionnalité de l’application. Après un processus de développement de deux ans qui comprenait la résolution de défis imprévus causés par la pandémie de COVID-19, nous sommes heureux d’annoncer que l’application est prête à être utilisée dans le cadre d’un essai clinique. Le recrutement des participants commencera au cours des prochaines semaines à la clinique des jeunes adultes souffrant de psychose (JAP) du CHUM et au sein d’autres cliniques du Québec et des autres provinces. Sur une période de 24 semaines, nous évaluerons l’acceptabilité et la satisfaction des participants à l’égard de l’utilisation de iCC et de ses effets sur la consommation de cannabis en lien avec les psychoses. Nous nous réjouissons à l’idée de pouvoir s’appuyer sur les résultats qui seront générés pour peaufiner davantage iCC afin d’en accroître l’utilité et de nous préparer aux prochaines étapes visant à rendre l’application accessible à un plus grand nombre de jeunes adultes atteints de psychose et TUC.